C'est sous la neige, et en grande partie dans la nuit, que quelques courageux ont célébré le centenaire de la première course cycliste sur route (7 et 8 novembre 1869) en utilisant, les 6 et 7 décembre 1969, des vélocipèdes d'époque

18 11 8 paris rouen indexIL fallait beaucoup de courage pour refaire, cent ans après, les mêmes gestes, sur le même parcours, afin de célébrer la première course vélocipédique sur route, gagnée sur le parcours de Paris à Rouen, soit environ 130 kilomètres, par l'Anglais James Moore. Et il fallut encore bien plus de courage pour conti-nuer, la neige s'étant mise à tomber dès le départ, donné à la porte Maillot.

Mais rappelons les faits.
Un grand poste de radio avait annoncé qu'il orga-niserait et patronnerait cet anniversaire, dont la date «exacte » se trouvait au début de novembre.
Et puis, que c'était-il passé ? Mais aux approches de la date prévue, il ne fut plus question de rien ; et ceux qui, sans cette prise de position, auraient orga-nisé quelque chose, n'eurent pas le temps de respec-ter ce centenaire au jour voulu.
Pourtant, quelques « mordus » des « vieux tacots », spécialistes d'exhibitions en voitures 1900, mais sans aucune formation ni entraînement cycliste, voulurent rendre hommage aux « héros » du premier Paris –Rouen.

Ils cherchèrent donc des vélocipèdes authentiques et réussirent, grâce principalement aux deux « grands » collectionneurs, MM. René Geslin et Buisset, à en réu-nir une bonne douzaine.
Il n'était pas question, naturellement, de faire disputer une réelle course sur Paris - Rouen avec trois équipes de quatre équipes de trois pilotes, les-quels devaient se relayer à volonté.
Naturellement, il avait été prévu des machines de rechange, transportées par camionnettes avec les conducteurs ne se trouvant pas en selle.- C'est pour cette raison que quelques journalistes mal informés ont laissé entendre que le trajet avait été couvert plus en auto qu'à la force du jarret.
Le rendez-vous avant le départ était prévu au « Drugstore » de l'avenue George-V. Après un copieux petit déjeuner, tous les participants — et même plu-sieurs sympathisants, dont nos deux collectionneurs —enfourchèrent tous les vélocipèdes présents et, vers 9 h. 30, pédalèrent en remontant l'avenue George-V, les Champs-Elysées, redescendirent l'avenue de la Grande-Armée pour rejoindre la porte Maillot, lieu réel du départ.

Voici d'ailleurs l'imprimé qui fut distribué lors du petit déjeuner montrant bien que — à part quelques détails sans grande importance — le projet initial fut respecté.

18 11 8 paris rouen1CENTENAIRE DE PARIS - ROUEN EN VELOCIPEDE MICHAUX
Pour commémorer le centenaire de la première grande course cycliste sur route, douze amateurs de véhicules anciens ont décidé de créer une rétrospec-tive, avec des vélocipèdes MICHAUX datant d'avant 1869, le samedi 6 et le dimanche 7 décembre 1969.
Afin de donner un caractère susceptible d'intéresser la presse, ce groupe se propose d'aligner une douzaine de vélocipèdes au départ et à l'arrivée, dont quatre seulement effectueront le trajet intégralement, en deux étapes et avec des équipes qui se relaieront. Chaque concurrent sera son propre organisateur, dûment assuré.

Le départ sera donné à 9 h. 30 d'un drugstore de l'avenue George-V à Paris, « The Village ». Nous espérons que M. Grimaud, préfet de Police, pourra donner le départ, car nous savons combien les embarras de la circulation lui font espérer le retour massif de la « petite reine ». Nous prendrons la direction de Saint-Germain-en-Laye, Mantes, et Vernon sera la ville étape. Le lendemain, le C.O.M.E.T. et le Vélo-Club Rouen nais accueilleront la totalité des vélocipèdes (les « non roulants » seront descendus des camionnettes juste avant l'arrivée).

Nous sommes conscients du peu de temps qui nous est imparti pour réaliser ce projet, mais douze vélo-cipèdes MICHAUX sont difficiles à trouver et le cente-naire ne pourrait être commémoré en 1970!
M. René Geslin, qui a édité une plaquette sur le Paris - Rouen en vélocipède, se joindra à nous et prê-tera bénévolement quelques-unes de ses précieuses machines.
M. Buisset, musée du Vélocipède de Moule, sera lui aussi au départ et prendra part à la manifestation.

Avant le départ, porte Maillot, concurrents et sympathisants se sont groupés devant le photographe. A l'extrême droite, M. Buisset, collectionneur, et notre rédacteur en chef, Daniel Rebour.

Sur les routes de Normandie, M. Pichon, du musée de Clères, entraîne son équipe qui fera intégralement le trajet.
Nous sollicitons des autorités l'autorisation de pren-dre le départ dans le 8e arrondissement.

SAMEDI 6 DÉCEMBRE 1969
8 h. 00 Arrivée des concurrents à « The Village », avenue George-V.
8 h. 30 Presse, télévision, actualités filmées - Petit déjeuner des concurrents, vélos à l'intérieur du      drugstore.
9 h. 30 Départ. ITINÉRAIRE : avenue George-V, Champs-Ely-sées, place de l'Etoile, avenue de la            Grande-Armée, direction de Saint-Germain-en-Laye.
11 h. 30 Passage à St-Germain-en-Laye - Jeunes filles en mini-vélos accompagnant les concurrents jusqu'à la sortie de la ville.

15 h. 00 Passage à Mantes.
18 h. 00 Arrivée à Vernon, ville étape.

DIMANCHE 7 DÉCEMBRE 1969
6 h. 30 Petit déjeuner.
7 h. 00 Départ de Vernon.
15 h. 00 Arrivée à Rouen. Réception par le C.O.M.E.T. - Télévision régionale - Presse locale - Remise    des prix.

18 11 8 paris rouen2Mais hélas, comme nous l'indiquions plus haut, la neige se mit à tomber en abondance et nous ne croyons plus en la réussite de la démonstration. C'était sans compter avec la bonne humeur extra-ordinaire des participants et aussi avec leur courage. Il fallait bien monter les côtes à pied, pataugeant dans la neige, de plus en plus épaisse ; le soir tombé, sans lumière, éclairés par les phares des voitures sui-veuses, les pilotes avançaient bien péniblement.
Un antiquaire, dont le magasin est situé dans le haut de la côte de Rolleboise, est sorti en pleine nuit pour voir passer ces fantômes semblant dater d'un siècle ; il est bien resté cinq minutes sans pouvoir, d'émotion, dire une parole.
Evidemment, c'est assez espacés que, tard dans la nuit, les équipes arrivèrent à Vernon, terme de la première étape.
Et malgré le temps du lendemain, la seconde étape se déroula au mieux, avec une réception à Rouen qui récompensa l'effort de tous, organisateurs et parti-cipants.
Félicitation à tous, qui surent oser !
Et puisque nous avons plus haut reproduit le petit règlement du « Centenaire », il nous semble intéres-sant d'extraire de la plaquette rédigée et éditée par René Geslin à l'occasion de la première course vélo-cipédique sur route le texte du règlement authentique datant de 1869.

... la prochaine fois ...


La source: magazine Le Cycle, No 108 Décembre, 1969, la collection privée.